Tour de France en Corse

Au cœur de la Méditerranée, la Corse se caractérise par la force de son identité : une identité visuelle, historique et collective.

Une première pour la 100ème Année, le Départ du Tour de France est en CORSE

 Jusqu’à ce jour, le Tour de France n’avait encore jamais rendu visite à la Corse, cette année se fera le Grand Départ en 2013.

Le Tour de France célèbre cette année la centième édition de la plus grande manifestation cycliste mondiale.

Historique également la venue du Tour en Corse. Dernière région de France à n’avoir jamais été traversée, l’Île de Beauté accueillera cette année sur ses terres les cyclistes, les suiveurs du Tour, le public et la logistique utile à cet évènement.

La Corse et les Corses se préparent pour être à la hauteur de l’immense engouement sportif et médiatique accompagnant le peloton. 

Tous se préparent pour garantir le succès d’un événement préparé pour être une réussite collective.

Trois étapes sillonneront les routes de l’Île de Beauté.

A l’appel de la Collectivité Territoriale de Corse, les villes de Porto-Vecchio, Bastia, Ajaccio et Calvi ont répondu présentes, tout comme les Conseils généraux de Corse du-Sud et de Haute-Corse.

Les professionnels du tourisme et les acteurs socio-économiques se sont également investis. Tous, se préparent pour garantir le succès d’un événement destiné à être une réussite collective. »

L’Île de Beauté et la richesse de son patrimoine naturel permet aux paysages, à la flore et à la faune de s’exprimer dans toute leur diversité.

Entre mer et montagne s’étendent les forêts de pins, les lacs, le maquis ou les vignes. Le long de plus de 1 000 kilomètres de côtes, les eaux cristallines bordent des plages de sable fin, des criques sauvages ou des falaises granitiques plus abruptes.

La Corse est avant tout une île vivante, avec des paysages de toute beauté. Les villes qui seront traversées par le peloton du Tour de France 2013 offrent chacune leur spécificité :

 Porto-Vecchio, la Cité du sel, conjugue activité économique et beauté
typique du sud de l’île.

Bastia l’authentique, plus au Nord, est le symbole d’une Corse urbaine,
classique et baroque à la fois qui s’exprime et sait montrer qu’elle est à la
pointe de la modernité.

Ajaccio, la Cité impériale, présente mille atouts : un cœur de ville dynamique
et des sites naturels incomparables, comme La Parata que l’on découvre en
empruntant la route des Îles Sanguinaires.

– Enfin, Calvi, Semper fidelis et capitale de la Balagne, séduit par les
charmes de sa citadelle et l’activité de son port qui permettent de
 mesurer les atouts qui en font l’une des villes les plus prisées des
visiteurs.
 

La richesse de la Corse, c’est également son savoir-faire, résultant du défi que représente l’alliance de fondements anciens comme les foires de villages, la culture viticole ou la gastronomie avec les vecteurs de la modernité, caractérisée par le développement des services, le maillage des infrastructures et la préservation du territoire.
C’est donc fière de son histoire et forte de son unité que la Corse vous invite à la découverte de sa culture, de son patrimoine et de son dynamisme.

PARCOURS CORSE

LE PARCOURS

Etape 1 – Samedi 29 Juin 212 km

Porto-Vecchio / Bastia

Le top départ de la 100e édition du Tour de France sera donné sur le port de Porto-Vecchio.

Le peloton prendra alors la direction du sud de l’île jusqu’aux portes de Bonifacio et de ses célèbres falaises et, après un nouveau passage à Porto-Vecchio, empruntera vers le nord la route de la côte orientale qui mène, par Ghisonaccia, jusqu’à Bastia.

Ce sera une étape en terrain plat, sans difficultés majeures. Avant de se lancer dans l’emballage final, les coureurs auront peut-être le temps de jeter un coup d’œil aux vestiges romains de Mariana. La ligne d’arrivée sera tracée sur la route de la lagune, le long de la réserve naturelle de l’étang de Biguglia.

Etape 2 – Dimanche 30 Juin 155 km

   Bastia / Ajaccio

Sur la superbe place Saint-Nicolas, l’une des plus vastes d’Europe, qui accueillera le départ de la 2e étape.

Puis, en passant devant le stade de Furiani, haut lieu du football insulaire, à nouveau cap au sud. C’est après Corte, sur les routes escarpées du centre de l’île, que les choses risquent de « se corser ». Il faudra notamment escalader les cols de Bellagranajo (723 m), de la Serra (807 m) et de Vizzavona (1 163 m) sans oublier de garder des forces pour l’ascension de la sévère côte du Salario, située à dix kilomètres du but.

L’arrivée sera jugée sur la pointe de La Parata avec, en toile de fond, le majestueux décor des Îles Sanguinaires.

Étape 3 – Lundi 1er juillet 145km

Ajaccio / Calvi

C’est sur les bords de la plage et de la Méditerranée, sur la place Miot, que s’ouvrira, dans la Cité impériale, le troisième acte du Grand Départ en Corse.

Puis, le long de la côte occidentale, le peloton se dirigera vers le nord sur des routes sinueuses qui traversent notamment, après Cargèse, les somptueuses calanques de Piana, classées au patrimoine mondial de l’Unesco. Comme la veille, il y aura également au programme des reliefs accidentés avec, dès le quinzième kilomètre, le col de San Bastiano (415 m) puis, plus loin, ceux de Lava (498 m), de Palmarella (374 m) et de Marsolino (443 m). L’arrivée de l’étape aura lieu sur la route de Calenzana à Calvi.

© GONZALEZ Marie-France


Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *